Un psy-conseil en passant

Vous aimeriez recevoir une notification lorsqu'une nouvelle chronique est affichée? Laissez-nous vos coordonnées ci-dessous ou alors revenez faire un tour de temps à autre.



+ Voir tous les psy-conseils

Attention aux Ă©tiquettes!

 Si vous êtes diabétique, cardiaque allergique ou même simplement à la diète, vous connaissez l’importance de l’étiquetage des produits de consommation. Pour éviter des décès, et les poursuites qui les accompagnent, les fabricants de produits prennent toutes les précautions nécessaires pour s’assurer que l’étiquette apposée sur un produit contient les informations essentielles, sans pour autant en ternir l’image.

 Lorsqu’il s’agit de personnes humaines, on a malheureusement tendance à étiqueter les gens dès leur tendre enfance sans précaution aucune. Bien sûr, on est de plus en plus conscient que les étiquettes négatives ont un effet néfaste sur le développement des enfants. Pourtant, ne vous arrive-t-il pas encore de vous traiter vous-même d’idiot, de stupide ou pire? Croyez-vous vraiment que ça n’a pas d’importance, que ça ne vous touche pas? Dites-moi, aimiez-vous entendre ces mots lorsque vous étiez enfant? Aimez-vous qu’on vous parle ainsi encore aujourd’hui? Laisseriez-vous quelqu’un parler ainsi à votre enfant? La réponse à l’une ou l’autre de ces questions est probablement non. Alors pourquoi vous parlez-vous ainsi à vous-mêmes?

 Le problème avec les étiquettes, c’est que lorsqu’on les appose sur une personne, celle-ci s’y identifie et y associe sa valeur personnelle. Ce dont on est moins conscient cependant, c’est que les étiquettes positives aussi ont un effet pervers. Ainsi, quand je vis des succès, je suis bon; quand je rends service, je suis utile; quand je fais de l’argent, je suis important. Mon identité et ma valeur sont donc liées à ce que je fais et à ce que je possède plutôt qu’à ce que je suis. Or, qu’arrive-t-il à mon identité et à ma valeur personnelle quand je vis un échec? Quand je ne peux plus travailler ou rendre service? Un grand nombre des cas de dépression et d’anxiété qu’on rencontre en psychothérapie sont directement liés à cette question.

 Pendant la semaine qui vient, prenez note des mots que vous vous dites après “ je suis” et écrivez-les sur une étiquette auto-collante jaune, grande ou petite, suivant la fréquence avec laquelle vous les utilisez. Demandez-vous si vous aimeriez vous promener avec ces étiquettes collées un peu partout sur vous, certaines à la vue de tous, d’autres cachées. Faites l’expérience pour voir! Vous voudrez certainement vous débarrasser de certaines étiquettes. Facile! Changez la façon dont vous vous parlez. Ainsi, il est moins blessant de se dire “J’ai fait une erreur” plutôt que “je suis idiot”. Peut-être voudrez-vous garder quelques-unes de vos étiquettes, parmi les plus flatteuses. Réalisez alors que si vous perdez cette étiquette, vous risquez de vous retrouver “tout nu”, avec toute la détresse que peut générer cette perspective.

 Vous pouvez alors choisir de vous libĂ©rer intĂ©rieurement en changeant votre discours intĂ©rieur. Vous pouvez choisir d’être, simplement et sans Ă©tiquette, et honorer ainsi votre valeur vĂ©ritable d’être humain. Pour vous aider Ă  y penser, gardez dans votre poche pendant quelques temps un paquet de petites Ă©tiquettes jaunes…